Les principaux rapports annuels sont publiés dès le premier semestre. Eurostat a détaillé les protections accordées en 2016 en Europe et l’octroi de la nationalité (en 2015). En France, la Cour nationale du Droit d’Asile (Cnda) avait présenté fin janvier son rapport sur 2016 ; l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides – Ofpra – sort le sien avant les élections, après l’Office Français d’immigration et d’Intégration – OFII. 

La barre symbolique des 100 000 demandes d’asile a été franchie ; et le taux de ceux qui sont protégés se stabilise au-dessus d’1/3, à 36 % des décisions après les 38 % de 2016. Pour la 2 ème fois, le Ministère de l'Intérieur indique aussi les chiffres des procédures (normale, accélérée ou Dublin) qui montrent l’explosion (41 500) du nombre des demandeurs mis sous « règlement Dublin ».

 

excision

Selon une étude menée en 2013 par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), la France est le premier pays d’asile pour les femmes et les filles victimes de mutilations sexuelles féminines. 

allocation de demandeur d'asile

A compter de la mise en place de la réforme de l’asile c'est-à-dire le 1er novembre 2015, les demandeurs d’asile perçoivent toujours une allocation financière versée durant leur procédure d’asile en France : l’allocation pour demandeur d’asile (ADA). Celle-ci remplace et fusionne les deux anciens dispositifs d’aide financière :

  •          L’allocation temporaire d’attente (ATA) qui était versée par le Pôle Emploi aux personnes en demande d’asile non hébergées dans un CADA
  •          L’allocation mensuelle de subsistance (AMS) qui était versée par les gestionnaires de CADA à ceux qu’ils hébergeaient.

Posez-nous vos questions!
Cliquer ici