Laïcité, la guerre sainte de la République

Publié sur le huffingtonpost.fr

LAÏCITÉ - Il est évident de faire le lien dans ce titre entre les mots "laïcité" et "République". L'expression "guerre sainte" est provocatrice. Cette provocation est bien-sûr volontaire. Elle fait évidemment tout de suite penser à l'islam et, selon l'actualité, à Daech ou au terrorisme.

Cette tribune fait aussi le pari que par le moyen de la provocation et l'explicitation de ces amalgames, nous pouvons les combattre honnêtement et sans honte.

Posons-nous les seules questions qui comptent: quelles sont nos valeurs communes autour de la laïcité et du fait religieux? Comment pouvons-nous les appliquer de manière consensuelle au quotidien?

Laïcité, retour aux motivations d'origine

La laïcité est née avec la révolution française et d'un concept dont l'origine est largement issue de la philosophie des lumières. Jean-Michel Ducompte, professeur de droit public, disait: "la laïcité est d'abord et essentiellement une démarche d'affranchissement par rapport aux prétentions des Églises à fonder l'ordre social et politique".

La laïcité est donc un concept réactionnaire qui s'affronte à une certaine conception du christianisme véhiculé par certains au sein de l'Eglise catholique.

La République Française a mené un combat incessant au cours de son Histoire pour s'émanciper d'une conception politique et sociale liée à l'influence de l'Eglise catholique dans la société. Il n'est pas utile de prendre position pour savoir si cela est bien ou mal, chacun peut avoir son opinion. Il est néanmoins nécessaire de constater objectivement que tous ces efforts peuvent s'assimiler à un combat pour les intérêts supérieurs de la nation. Un genre de guerre sainte républicaine.

Une guerre pleine de batailles sociales et sociétales, notamment avec l'éducation nationale, qui a semblé se terminer avec les lois de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

À trop se concentrer sur l'Eglise, nous avons fini par oublié que les catholiques n'avaient pas le monopole du fait religieux. Malgré tout, la société française a réagi par analogie, transposant les dispositions de cette séparation à l'ensemble des religions sans se soucier de leurs spécificités.

La laïcité est-elle compatible avec l'islam

Voici la grande question! La réponse est tout bonnement: oui et non. Ne vous méprenez pas, il ne s'agit pas d'avoir peur de se mouiller mais il est tout à fait possible d'avoir une position claire tout en nuançant ses propos.

Oui, la laïcité est compatible avec l'islam et dire l'inverse serait de nier la réalité factuelle telle que nous pouvons le constater tous les jours. En effet, personne ne peut remettre en cause le caractère laïc des origines la Turquie moderne fondé par Atatürk. Pourtant, il s'agit d'un pays dont les habitants sont en grande majorité de confession musulmane. Avec la Turquie, l'Histoire nous démontre froidement et sans entrer dans des considérations religieuses que la laïcité est compatible avec l'islam.

En réalité, ceux qui pensent que la laïcité n'est pas compatible avec l'islam ne se basent pas tant sur la pratique religieuse, mais sur les différences culturelles entre les peuples. Les peuples arabes et africains peuvent-ils accepter de vivre dans un pays culturellement laïc alors qu'ils sont originaires de pays musulmans avec une religion d'Etat? Un débat supplémentaire qui n'est pas le nôtre mais celui de l'intégration.

Mais non, la laïcité tel qu'elle est aujourd'hui conçue et gravée dans la loi n'est pas compatible avec l'islam: elle n'a pas été pensée pour ça! La laïcité à la française se concentre dans la relation avec l'Eglise catholique et le christianisme en général. Elle doit maintenant apprendre à tenir compte du fait religieux dans sa globalité et sa généralité.

Lla République laïque doit pouvoir offrir un cadre tant pour le citoyen religieux, que pour celui qui ne l'est pas, pour que tous deux puissent s'épanouir pleinement tout en se respectant. Il existe une façon d'y parvenir: il faut un cadre de valeurs, de coutumes et de codes sociaux communs respectueux de tous. Aujourd'hui, ce cadre de valeurs est attaqué de toute part et les coutumes se font de plus en plus confessionnels et s'enferment dans un cercle communautariste.

Le résultat à cela est simple. Les français en manque de repères s'engouffrent dans les extrémismes les plus divers, aussi bien religieux que politiques. Nous avons cassé les uns après les autres tous les facteurs de diffusion de valeurs républicaines communes. En effet, le service militaire n'est plus obligatoire, l'école n'instruit plus et le système politique se déconnecte des français.

Il est donc primordial de réinventer ce concept de laïcité à l'aube de ces nouvelles réalités, tout en pensant par la même occasion, au modèle de diffusion des valeurs qui l'accompagne.

Concept de laïcité agile et de démocratie directe

Qu'est-ce donc qu'une laïcité agile et quel rapport entretien-t-il avec la démocratie directe?

Etre agile, c'est savoir pousser des concepts de manière interactif, cumulatif et collaboratif. La collaboration en démocratie est la notion fondatrice de démocratie directe.

Autrement dit, une laïcité agile c'est un concept qui s'améliore continuellement face aux défis qu'il rencontre. C'est une laïcité pragmatique qui s'articule autour de ses valeurs fondamentales: le respect de l'autre, le respect de la liberté de croyance et de conscience, la limite du préjudice.

La notion de "limite du préjudice" est en revanche assez novatrice. Cette notion consiste à dire que tant que le fait religieux ne créé pas de préjudice personnel ou ne porte pas atteinte à l'intérêt général, il n'a pas de raison d'être proscrit.

La laïcité à la française a su décliner ces valeurs sur ses rapports avec l'Eglise catholique. Ce fut un premier incrément mais il aura fallu bien des combats pour y parvenir, bien des itérations pour aboutir à la loi de 1905.

La laïcité à la française a su appliquer ces valeurs à l'ensemble du monde chrétien, incluant protestants et orthodoxes. Ce fut un second incrément qui fut bien plus simple à établir, procédant par analogie avec les préceptes appliqués à l'Eglise catholique.

La laïcité à la française n'a par contre jamais fait l'exercice de transposer ces valeurs à l'islam. C'est pourtant aujourd'hui l'incrément suivant dans notre marche vers une laïcité française réellement universelle.

Peut-être faut-il réfléchir aux mécanismes d'amélioration continue de la laïcité que nous pourrions mettre en œuvre pour prendre en compte les nouveaux défis qui se présentent à nous.

Prenons l'exemple du voile à l'école et partons du principe que le port de ce voile est volontaire et non imposé. Il respecte alors l'autre et la liberté de croyance et, ne porte donc aucun préjudice ni à ma personne, ni à l'institution scolaire. En théorie, il devrait donc être autorisé au nom de la laïcité agile et pragmatique. Et pourtant, ça ne doit pas être le cas.

Cette exemple illustre l'absence d'un pilier de diffusion fondamental : les canaux de diffusion des valeurs qui fondent la république et la laïcité. Il est évident que l'école en fait partie. Hors pour que cela fonctionne, le cadre de ces canaux de diffusion doivent imposer la plus stricte neutralité.

On peut considérer que l'atteinte au principe de neutralité qui s'impose tout particulièrement aux services de l'Etat, garant de la laïcité, génère un préjudice à l'intérêt général. Ainsi, on respecte strictement les valeurs de laïcité et on énonce un cadre clair au sein duquel tout le monde peut se retrouver.

Le meilleur moyen de légitimer ce cadre et de le faire évoluer par la suite est le soutien populaire et démocratique qu'offre le referendum. Un referendum qui ouvre la voie à l'initiative populaire pour réussir à intégrer les évolutions que nous ne manquerons pas de connaître dans les décennies à venir et qui garantit ainsi le vivre-ensemble.

Pour conclure, je crois que si nous avons le courage de refonder la laïcité pour en faire un concept plus clair, plus fort et mieux partagé, nous aurons là un cadre qui permettra de combattre efficacement les extrêmes et les extrémistes. Dit autrement, une laïcité évolutive, pleinement respectée et acceptée de tous les citoyens, serait notre meilleure arme contre le terrorisme et autres extrêmes en tous genres...

Comment Microsoft pratique l’agile et DevOps en interne ?

Le 02 décembre 2015, Microsoft France organisait pour la première fois son "DevOps Day" consacré à ses pratiques internes autour de l'agilité et de DevOps.

A cette occasion, Bernard Ourghanlian, le directeur technique et sécurité de la filliale française a présenté la voie empruntée par Microsoft pour se transformer depuis Windows Vista jusqu'à aujourd'hui. Windows, Office mais surtout Visual Studio ont servi de fil conducteur à la description de la transformation du géant américain.

A sa suite, Samuel Metias, agile & devops lead chez Microsoft Services a pu complémenter et présenter de manière concrète l'application d'une demi-dizaine de pratiques DevOps au sein du groupe produit Visual Studio. Il a également pu expliciter les particularités du produit Visual Studio Online (renommé cette semaine Visual Studio Team Services) qui partage son code entre un produit boite traditionnel et un produit online dans le Cloud.

Enfin, Gita Doraci, ancienne engineer lead au sein du groupe produit Xbox Music qui a récemment été rattachée à Windows 10, témoigne de son vécu ces dernières années lors de la transformation des équipes Xbox et Windows vers l'agilité et le devops. Elle explicite notamment les évolutions de son métier.

Laurent Le Guyader pour Microsoft et Michel Perfetti pour Cellenza, échangent en fin de matinée autour de l'apport de Microsoft et de ses partenaires lors de la mise en oeuvre de ces pratiques chez nos clients.

Retrouvez toutes les sessions en vidéos et téléchargez toutes les présentations !

cliquez ici pour les retrouver sur Channel9

Le bilan des socialistes à Colombes

INTERVENTION DE SAMUEL METIAS, ADJOINT AU MAIRE, DELEGUE UDI DE COLOMBES AU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 SEPTEMBRE 2015

Madame le Maire,
Chers collègues,

La chambre régionale des comptes s’est penchée sur le bilan de l’ancien maire socialiste de Colombes sans lecture politique et en toute impartialité. Le résultat est sans appel et particulièrement sévère pour la gauche colombienne : la situation est pire encore que ce que nous dénoncions pendant la campagne électorale de 2014. Nous l’avions souvent dit, voici tout cela confirmé avec force (cliquez ici pour lire le rapport de la CRC).

Plutôt que d’entrer à nouveau dans le détail technique du rapport qui reste pourtant très intéressant, car nous l’avons bien compris votre stratégie de défense est de noyer le colombien dans des détails techniques isolés et insignifiants, je voulais intervenir pour m’étonner des méthodes de l’ancien maire. En effet, plutôt que de répondre devant un magistrat de la chambre qui analyse et vérifie les arguments, il préfère répondre dans la presse qui n’a pas les mêmes moyens pour vérifier ses dires.

Néanmoins, la lecture de la presse est fort intéressante concernant les propositions de l’opposition. Si on cherche à enlever l’aspect volontairement polémique on peut retenir factuellement que :
–        La situation héritée est tout à fait tendue à Colombes
–        L’ancien maire et sans doute l’actuel député socialiste souhaitent voir les impôts augmenter à Colombes à raison de 1% par an sur les 5 prochaines années du mandat.
–        Ils souhaitent fermer la patinoire de Colombes.

Bien entendu, M. « J’y peux rien » ne déroge pas à sa réputation et tout cela est la faute, dans l’ordre, de la crise, de l’Etat (pourtant socialiste) et du chomage. Bien entendu sa gestion a été exemplaire avec par exemple une augmentation des charges de fonctionnement de 17% entre 2009 et 2013 ou une explosion de 42% des frais financiers entre 2009 et 2012.

Je vous propose de faire un saut dans le passé. Pendant la campagne électorale, celui qui était alors maire sortant de Colombes faisait moult promesses aux habitants. Pour rappel et de manière synthétique :
–        Il déclarait alors que la situation de la ville était bonne. Aujourd’hui il déclare qu’elle est tendue.
–        Il promettait de ne pas augmenter les impôts. Aujourd’hui, il nous demande de les augmenter d’1% par an.
–        Il promettait de sauvegarder la patinoire. Aujourd’hui, il souhaite la fermer.

Finalement, on savait que les propos de l’ancien maire et de l’actuel député devait être pris avec beaucoup de méfiance mais on découvre aujourd’hui qu’ils n’ont même plus besoin d’être en responsabilité pour revenir sur leurs promesses.

Ça aurait pu être drôle si ça n’était pas si terrible pour la crédibilité de l’action politique. Je pense que cette irresponsabilité méritait d’être soulignée ce soir.

Je vous remercie.

Colombes : la chambre régionale des comptes préconise une hausse des impôts
Le Parisien 92 | Adeline Daboval | 28 Sept. 2015, 19h16 | MAJ : 28 Sept. 2015, 19h16

Nouvelles passes d’armes prévisibles à l’occasion du rapport n°4 au conseil municipal de Colombes, ce mardi soir. Le maire Nicole Goueta (Les Républicains) va présenter aux élus le rapport d’observations de la chambre régionale des comptes. C’est elle qui l’avait demandé à son arrivée à la tête de la ville en mars 2014.

Dans ce document ténu de 91 pages, le contrôleur pointe des charges de fonctionnement en hausse, notamment de personnel, tandis que les recettes de la ville diminuent, conduisant à un dangereux «effet de ciseau». Et pour sortir de cette situation, le contrôleur préconise… d’augmenter les impôts et tarifs. Selon lui, «il conviendrait que la commune examine un scénario dans lequel elle compenserait la réduction des dotations de l’Etat par une majoration de ses recettes fiscales et par une hausse de ses produits et redevances».

«Je vais tout faire pour ne pas augmenter les impôts, répond Nicole Goueta. Je n’ai pas encore fait le budget mais on va tenir bon, on va encore couper et on n’augmentera pas les impôts. Au moins en 2016. Après avec la création du grand territoire, c’est une autre affaire.» Pour retrouver une partie des 4,5 M€ non reversés par l’Etat, le maire a demandé «à chaque service de réduire de 12% ses dépenses. Pour toutes les manifestations, nous devrons être vigilants sur les dépenses.»

Selon Philippe Sarre, l’ancien maire socialiste, le rapport «n’est pas aussi dramatique qu’attendu. La situation est tendue à Colombes comme dans toutes les autres villes à cause de la crise, des ponctions de l’Etat, du chômage…Mais comme en 20001, Madame Goueta va dire qu’elle hérite d’une gestion calamiteuse pour justifier ses choix politiques.» Il souligne que les 300 titularisations d’agents municipaux sous sa mandature étaient «justifiées». «30 classes ont ouvert à Colombes en dix ans. Ça implique des agents dans les classes, à la cantine, pour le ménage…» fait-il valoir. Quant à la dette, «elle est remboursable en 9 ans, bien en dessous des 12 ans autorisés, sinon on pourrait mettre Levallois sous tutelle !» Pour les impôts, Philippe Sarre concède que «les impôts sont déjà élevés à Colombes. Mais les augmenter d’un point c’est faire rentrer 500 000 € par an. Il reste une petite marge de manœuvre. On peut travailler un peu sur le personnel et vendre un peu de patrimoine, comme la patinoire. Elle nous coûte 29 € à chaque fois qu’un habitant en franchit le seuil !»

DevOps dans la vraie vie !

Le mercredi 11 février de 17h45 à 18h30 au Palais des Congrès à Paris se déroulera la session "DevOps dans la vraie vie" durant les TechDays 2015 organisés par Microsoft.

Une session qui illustre à travers des retours d'expériences des équipes Microsoft ou Orange Business Services comment mettre en oeuvre concrètement des démarches DevOps dans votre organisation.

Les applications sont au cœur des opportunités business liées au numérique et deviennent des éléments à la fois critiques et fortement évolutifs. Pour répondre aux attentes du marché, de vos utilisateurs et directions métiers, la mise en place d’une approche DEVOPS ou encore d’une « Agile Collaboration » est un véritable atout. Provisionnement automatique d’environnements, automatisation des tests et/ou des déploiements, méthodes agiles, ITIL agile … sont quelques exemples d’initiatives à mettre en place.

Automatisation ? Collaboration ? Agilité de l'IT ? Continuous Delivery ? Comment se concrétise tout ces concepts dans des cas pratiques illustrés et racontés en 45 minutes ?

Venez nombreux !

Cliquez ICI pour vous inscrire !

Les speakers :

fbouteruche

sametias

Intervention en Conseil Municipal à propos de Q-Park

INTERVENTION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014 – EXPLICATION DE VOTE

Madame le Maire,

Mesdames et Messieurs les élus, 

Le sujet de la délégation de service public à la société QPARK a fait couler beaucoup d’encre durant la campagne municipale et a engendré de nombreux débats. Dans un tract que j’ai diffusé durant cette campagne, j’ai clairement fait savoir ma position sur le sujet et je suis heureux de constater que tous les candidats de la droite et du centre aujourd’hui soudé dans notre majorité ont adopté une position identique ou proche.

Nous nous sommes tous engagés à dénoncer le contrat ou le renégocier en faveur des colombiens. Le problème n’est pas la société QPARK en tant que tel mais le déséquilibre manifeste des relations contractuelles entre le prestataire et la ville au détriment de tous les colombiens. Devons-nous rappeler que ce déséquilibre a été accentué et avalisé par de nos prédécesseurs qui ont trop souvent ignoré l’intérêt général par leur incompétence criante. 

Je salue donc le travail accompli par Madame le Maire dans cette proposition d’avenant : baisse des prix du stationnement, baisse des prix des abonnements dans le parking Marceau, uniformisation des zones vertes et maintien de la première heure gratuite ou plutôt offerte par la ville. Toute cela, va dans le sens du rééquilibrage des relations en faveur des colombiens et le fait que QPARK accepte de signer cet avenant sans contrepartie est la preuve évidente que lorsque les élus assument pleinement leur rôle d’avocat des intérêts des habitants, une solution est possible sans nécessairement dénoncer complètement le contrat, et c’est bien là le plus important. Je sais que ce travail va être poursuivi avec sérieux et efficacité par Madame le Maire pour arriver à un accord global équilibré en faveur de notre ville. 

De plus, je remarque au travers l’article 1 que le manque de sérieux coupable de nos prédécesseurs transparait encore. Et je suis certain que l’erreur juridique que cet article cherche à combler n’est ni le premier ni le dernier. De plus, je constate que cette clause est complètement décolérée du reste de l’avenant. Comme j’ai la conviction que QPARK ne cherche pas à faire de cette article une contrepartie aux avancées notables qui ont été consenties et qu’il faut s’assurer des conséquences juridiques des différentes erreurs commises négligemment par nos prédécesseurs, je propose au Conseil de supprimer cet article du présent avenant.

Je propose également que cet article soit intégré à un prochain avenant plus global portant sur la sécurité juridique du contrat à la fois pour la ville et pour le délégataire. Je pense que les négligences ont été telles qu’elles nécessitent un examen plus global et a suffisamment d’importance pour faire l’objet d’une délibération distincte. 

Si ma proposition est acceptée, je voterai favorablement car cet avenant ainsi modifié va dans l’intérêt dans tous les colombiens même si j’aurai espéré que l’heure gratuite soit reconduite pour plusieurs années afin de ne pas avoir à le renégocier tous les ans. Dans le cas contraire, je préfère m’abstenir en cohérence avec mes engagements de campagne, ne pouvant en l’état actuel de mes connaissances, garantir la parfaite bonne foi du délégataire et les conséquences juridiques pour la ville du premier article du présent avenant.

Je vous remercie de votre attention.

 

Samuel Metias
Adjoint au Maire de Colombes

Intervention sur la grève des agents municipaux à Colombes

INTERVENTION DE SAMUEL METIAS
ADJOINT AU MAIRE UDI DE COLOMBES
A L'OCCASION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

 

Je souhaitai prendre la parole ce soir devant vous et devant les colombiens pour revenir sur l'actualité de l'été à Colombes : la grève des agents suite à la suppression de la NBI (Nouvelle Bonification Indiciaire).

Comme vous le savez, je suis un humaniste et pourtant je ne suis pas de gauche. Sans doute parce que moi je ne cherche pas à instrumentaliser la colère qui peut naître lorsque l'on se retrouve du jour au lendemain amputé de 3 à 6% de son revenu mensuel. Qui ne serait pas en colère à leur place ?

Alors oui j'aimerai dire ce soir à quel point je comprends la difficulté pour nos agents. Pas seulement moi en fait, mais tous les élus de la majorité regrettent que nous ayons été contraints d'en arriver là. Je veux dire aussi à quel point nous tous ici nous souhaitons pouvoir compenser cette perte de revenu par des solutions durables dans le temps et surtout légale.

J'insiste légale, parce que je ne comprends toujours pas comment un responsable politique peut volontairement et en parfaite connaissance de cause mettre la ville dans l'illégalité. Je suis choqué d’entendre que vous êtes fier d’avoir enfreint la loi !

Plus encore, nous souhaitons que cette compensation pour les plus bas salaires, se fasse le plus rapidement possible, dans la mesure de nos possibilités financières. Et j'aimerai insister sur ce point, vu les conséquences humaines d'une telle décision, je veux vous dire à quel point nous aurions souhaité pouvoir compenser la perte de la NBI immédiatement. Si ce n'est pas possible c'est bien à cause de la gestion calamiteuse et désastreuse de Philippe Sarre qui a même le culot de pavaner avec les grévistes.

Je veux vous le dire je suis choqué par cette attitude hypocrite. Une attitude qui contraste avec celle de Madame le Maire qui se bat pour sauver Colombes, oui sauver Colombes, car la situation est pire que nos pires estimations pendant la campagne municipale.

Je me demande d'ailleurs si M. SARRE annonce aux grévistes qu'il souhaitait augmenter nos impôts de 27% pour maintenir, entre autres, cette fameuse NBI ?

Alors oui, nous travaillons chaque jour pour résoudre cette équation difficile : compenser la perte de la NBI sans augmenter nos impôts car nous n'augmenterons pas les impôts. Remettre les finances de la ville dans le bon sens sans pénaliser les colombiens. Le challenge est énorme mais nous y arriverons. Encore, une fois je veux saluer le courage de Madame le Maire qui fait face à une situation grave. Mais je veux dire aux agents et à tous les colombiens à quel point nous considérons la dimension humaine de chacune de nos décisions.

Alors oui, ne tombons pas dans la caricature, face à l'urgence nous aurions sans doute pu mieux communiquer, mieux expliquer, plus être ceci ou cela. C'est vrai, nous ne sommes pas parfait, reconnaissons-le. Ne nous cherchons pas d’excuses comme d’autres ici dans je ne sais quel contexte national pour fuir nos responsabilités.

Mais, au moins, nous sommes fidèle à nos valeurs : honnêteté, transparence, humanisme, intégrité, compétence.

Nous cherchons chaque jour à nous améliorer. Pas pour gagner la prochaine élection mais pour l'intérêt supérieur de Colombes. Je laisse volontiers le combat d'ego a « monsieur c'est pas ma faute, c’est pas moi » qui pense déjà aux prochaines élections.

Moi, je préfère une attitude constructive face à l’attitude revancharde de celui qui n’a toujours pas fait le deuil de sa défaite. Nous voulons penser aux colombiens et leur assurer encore une fois de notre travail collectif chaque jour pour eux.

Je suis fier de faire partie de cette équipe qui fait les bons choix même s'ils sont parfois difficiles. Je suis heureux d'avoir un Maire comme Nicole Goueta et d'être sortie de ces six années noires de socialisme utopique et irraisonné.

Merci de votre attention.

14 engagements concrets pour Colombes

1/ BAISSER le taux d'imposition

Avec les socialistes les recettes fiscales ont augmenté de 20% soit une augmentation de 20M. Malgré cela l'autonomie financière de la ville est aujourd'hui fortement dégradée. Nous mettrons fin à cette gestion dépensière irraisonnée afin que la pression fiscale sur les habitants n'augmente plus, avec à la clé une baisse du taux d'imposition communal.

2/ SÉCURISER Colombes

Pour la gauche, Colombes, c'est le « petit Marseille ». Désormais, une police de proximité, organisée en brigades de quartier, aura les moyens d'être au service des habitants. En passant de 35 à 85 policiers municipaux réarmés, et de 60 à 120 caméras, nous nous donnerons les moyens de notre sécurité. Ces nouvelles brigades réorganisées, en service 24h/24, permettront une meilleure connaissance du territoire et de ses habitants. Ce vrai vrai service de proximité sera renforcé par la possibilité de nous connecter à toute heure à la brigade de notre quartier. Enfin, l’instauration d’un service de médiation indépendant nous donnera l'assurance d'un service de qualité.

3/ INVENTER la démocratie directe à Colombes

Aujourd'hui, la démocratie participative est avant tout figurative à Colombes. Si la gauche nous invite à nous exprimer, c'est pour mieux nous ignorer. Désormais, nous serons consultés pour tous les grands sujets de la ville et notre avis sera respecté. Nous pourrons saisir le conseil municipal directement et provoquer la tenue de référendums locaux. Avec une équipe nouvelle et compétente issue de la société civile, la vie à la mairie sera enfin transparente.

4/ CRÉER LE Hub Emploi Colombes (HEC)

La recherche d’un emploi, ou le lancement de sa propre activité sont devenus un véritable parcours du combattant. En plus des nombreuses structures qu'il faut nécessairement rencontrer, celles-ci sont actuellement éparpillées aux quatre coins de la ville et ne travaillent pas du tout ensemble. Dans ces conditions, comment être efficace ? Demain, rassemblés en un seul et unique bâtiment, ces services travailleront ensemble de manière organisée et complémentaire. Nous serons conseillés au mieux dans nos démarches pour trouver un emploi, créer une entreprise ou lancer une activité. 

5/ ATTIRER les entreprises à Colombes

Pour attirer des entreprises, il faut des locaux de qualité, correctement desservis par les transports et des services dédiés à proximité. Pour les inciter à s’installer à Colombes, une politique fiscale volontariste est indispensable. Mais parce que cela ne suffit pas, deux axes de développement sont à prendre en compte : faire venir des entreprises existantes et favoriser la création d'entreprises sur la ville. Dans ce dernier cas, nous devons favoriser la rencontre, au cœur de la ville, des investisseurs potentiels. Pour les Colombiens qui désireront se lancer, nous trouverons au sein de la pépinière, des locaux et des services dédiés à faible coût. Dès la création, les entrepreneurs seront membres bénéficiaires et contributeurs en termes d’échanges et de conseils du club des entrepreneurs de Colombes. Les Colombiens peuvent être les premiers employeurs de demain dans la ville, pour peu qu'on leur donne l'envie de rester !

6/ STATIONNER facilement à Colombes

De moins en moins de places à Colombes ? Ce n'est pas qu'une impression, une centaine de places a été supprimée par l'équipe sortante et 1050 places payantes ont été créées depuis 2008. Alors que QPARK va engranger plus des dizaines de millions d’euros de bénéfices, Colombes devra s’acquitter de la somme de 8M€. Quel est l’avantage d’un tel contrat pour la ville ? Il faut aujourd’hui le dénoncer. Nous nous engageons à municipaliser le stationnement afin de le rendre plus équitable. Enfin, une brigade de la police municipale sera spécialement chargée de la circulation aux heures de pointe pour faciliter le trafic.

7/ EMBELLIR Colombes pour mieux vivre ensemble

Colombes hérite de 36 ans de communisme et de six ans de socialisme. La ville en sort défigurée, coupée en deux, divisée et renfermée sur elle-même. Nous nous engageons à harmoniser la ville en insufflant une identité propre, en repensant ses entrées et en animant tous les quartiers. Notre devoir est de réussir à cicatriser ces fractures. Demain, nous pourrons nous promener dans les sept centres de quartiers que nous aurons créés et où nous faciliterons l’implantation de commerces de proximité et de restaurants. Ces centres repensés abriteront des infrastructures pour les jeunes.  Avec l’installation de la navette gratuite, nous pourrons aller d'un centre de quartier à un autre pour faire nos courses, découvrir les boutiques ou simplement flâner. L’habitat public doit être quant à lui rénové pour le rendre plus humain et plus agréable. Nous allons promouvoir la fraternité et la solidarité, pour que demain il fasse bon vivre, ensemble, à Colombes.

8/ ACCOMPAGNER la jeunesse de Colombes

La jeunesse est notre avenir. La négliger, c'est négliger Colombes. Nous nous engageons à accompagner les jeunes Colombiens pour qu'ils aient toutes les chances de réussir leur vie personnelle et professionnelle. Nous mettrons à leur disposition des structures adaptées dans tous les quartiers. Chaque centre de quartier, véritable lieu d'animation dans la ville, sera doté de son escale jeunesse. Ce seront des lieux d'écoute, d’aide, de rencontre, d'information, de documentation et d’orientation des jeunes. L’objectif sera de répondre aux attentes des jeunes et de les accompagner dans leurs démarches administratives et professionnelles. Les animateurs de la ville accompagneront les jeunes dans cette structure et leurs proposeront une offre d'activités complète pour les aider à s’épanouir. Enfin, les lieux de vie réservés aux jeunes seront ouverts à des horaires adaptés.

9/ LANCER le Pass´ Sport Colombes

Avant, Colombes était la ville sportive du département. Mais ça c'était avant. Pourtant Colombes a toujours son stade olympique, son équipe de rugby du TOP14 et ses nombreuses infrastructures. Enfin pour l'instant. Car le candidat sortant a fait fuir les licenciés, n'a pas su retenir notre club de rugby centenaire et veut fermer nos infrastructures olympiques. Nous voulons l'inverse pour Colombes car nous aimons notre ville et avons de l'ambition pour elle. Pour conserver nos infrastructures, nous allons attirer les sportifs de tout le département avec une offre innovante : le Pass' Sport Colombes ! Ce pass unique donnera accès à l'ensemble des activités sportives de la ville les jours et heures choisis. Il donnera également accès à la navette "Colombus Sport" qui desservira de 7h à 23h l'ensemble des équipements sportifs de la ville. Ajoutez à cela une salle municipale de sport et fitness, ainsi qu’une base nautique en bord de Seine pour compléter l'offre sportive de Colombes, et vous aurez l'une des meilleures politiques sportives du département.

10/ VALORISER les bords de Seine à Colombes

Colombes a toujours eu la chance de disposer de berges de Seine. Jamais la gauche n'a cherché à les valoriser. Pourtant, il s'agit d'un atout indéniable. Colombes a toujours été une ville sportive, sans jamais faire un usage sportif de la Seine. Désormais, nous nous battrons pour y installer une base nautique, au cœur de l'ile Marante. De même, nous faciliterons la création du premier véritable Hôtel-Restaurant flottant de standing des Hauts-de-Seine. Enfin, nous nous battrons pour faire venir des croisières sur la Seine de Paris à Colombes. Oui, la Seine est un atout sous-exploité pour notre ville, pour les Colombiens. Désormais, nous pourrons, nous aussi, profiter de la Seine à Colombes.

11/ OUVRIR la première école primaire 2.0

Colombes est aujourd'hui une ville dortoir, en retard sur tous les projets innovants ou audacieux qui fleurissent partout en France. Nous voulons que Colombes soit à l'avant-garde de l'innovation pour devenir une ville audacieuse où il fait bon vivre. C'est dans cet esprit que nous proposons d’ouvrir la première école primaire 2.0 de France. Une école totalement équipée en nouvelle technologie numérique pour aider les élèves à progresser. Il ne s'agit pas ici de changer le programme pédagogique qui restera identique, ni même de leur apprendre à écrire avec un ordinateur, au contraire. Il s'agit de proposer aux professeurs des écoles l’ensemble des moyens modernes pour aider les élèves à progresser, de manière ludique et interactive. Comme tous les projets pilotes, ce projet se fera sur la base du volontariat, autant pour les élèves que pour les enseignants, en concertation avec l'Education Nationale. Demain, nous ne serons plus perçus comme une ville à la traine, mais comme une ville dynamique et novatrice.

12/ DÉVELOPPER l'application smartphone "iColombes"

Malheureusement, aujourd'hui, les services de la mairie sont gérés avec une technologie et des moyens en retard d’une dizaine d'années. Pour un banal passeport, il faut se déplacer au moins trois fois à la Mairie, à des horaires souvent inadaptés à la vie professionnelle de tous et tout cela, à l'heure des mails, du numérique et du smartphone. Demain, nous pourrons prendre nos rendez-vous directement sur notre téléphone, faire vérifier à distance notre dossier, connaitre en temps réel son avancement. Nous pourrons entrer en contact avec nos services de proximité, tels que la brigade de police de notre quartier ou le service des encombrants, pour faire un signalement ou simplement demander un service. C'est cela la proximité. Cette application mobile permettra également de suivre en temps réel les navettes de la ville ou encore de connaitre les places de stationnement libres à proximité. Nous allons aimer notre ville connectée, nous aimons déjà Colombes Version 2014.

13/ ACCOMPAGNER les familles

Dans son désir insatiable de densification, dans son espoir fou de vouloir toujours plus d'habitants à Colombes, le candidat sortant a négligé le service aux familles. Nous allons inverser la tendance. Pour les familles avec de jeunes enfants, nous créerons le guichet unique « petite enfance », chargé de proposer systématiquement une solution adaptée pour nous aider à faire garder nos enfants. Dans le même esprit, nous créerons le guichet unique de services aux seniors, pour trouver une solution efficace aux besoins de nos seniors et de leurs familles. Tout cela, et plus encore, nous le ferons en promouvant la fraternité et la solidarité intergénérationnelle, l'échange et le partage entre les générations. Nos seniors sont une richesse pour notre ville, nous devons favoriser le partage de cette richesse avec nos jeunes, dans nos écoles, nos quartiers, nos associations.

14/ DÉVELOPPER l'offre culturelle et touristique

La ville dispose de nombreuses infrastructures culturelles. Mais tout cela sans cohérence d'ensemble et sans vision globale. Nous voulons rendre l'offre culturelle de Colombes plus cohérente et plus diversifiée. Nous voulons favoriser son accès au plus grand nombre par sa diversité et sa qualité, et attirer les non-colombiens jusqu’à nous. Le Pass' culture facilitera l’accès aux divers équipements et favorisera les offres multiculturelles. Nous aurons l'audace de créer un bureau d'information aux Colombiens et de promotion du tourisme, aménagé au sein du clocher de la vieille église, chargé de développer les offres touristiques et culturelles de Colombes.

LES PROBLEMES SUR LA LIGNE J: CA SUFFIT !

En 2013, les conditions de transport sur la Ligne J se sont tellement dégradées que le STIF et la SNCF ont été contraints d’accorder un geste commercial aux usagers. Bien peu de choses lorsque l’on subit, jour après jour, les retards et les annulations de train, le matériel ancien et inadapté, les mouvements sociaux à répétition… 

 

A ces perturbations quotidiennes vont s’ajouter dès février prochain les travaux de rénovation du viaduc ferroviaire de Colombes, pour une durée d’un an et demi.

Nécessaires pour maintenir la sécurité du réseau, ces travaux entraîneront de nombreuses nuisances aggravant encore d’avantage des conditions de transport déjà bien difficiles pour les colombiens !

Pour présenter le plan des travaux, la SNCF et Réseau Ferré de France organisent une réunion d’information mercredi 22 janvier à 20h au Gymnase de l’école Maintenon, avec la participation de La Mairie.

Cette réunion publique est une occasion unique de faire entendre la voix des usagers colombiens, toujours bons à payer, mais jamais à satisfaire ! 

Dans de nombreuses villes les élus locaux se mobilisent, contrairement à la Mairie de Colombes. Mercredi, joignez-vous à nous pour faire entendre votre ras-le-bol et exiger une qualité de transport Version 2014 pour notre ville !



Mercredi 22 janvier à 20h

Gymnase de l’école Maintenon- 3 rue des Glycines – 92700 Colombes

Télécharger le tract

MIEUX CONNAÎTRE L’UDI

Mais qui est donc l'UDI ? 

UDI est l’abréviation de Union des Démocrates et Indépendants. 

Il s’agit d’un parti qui rassemble l’ensemble des forces politiques du centre-droit. L'UDI est clairement dans l'opposition constructive, face une majorité de gauche déconnectée de la réalité.

Ce parti, créé par Jean-Louis Borloo avec le soutien des fondateurs historiques de l’UDF comme Simone Veil, est notamment issu du Parti Radical, le plus ancien parti de France. 

De ses fondateurs, l’UDI hérite d’idées progressistes lorsqu'une autre droite est plus conservatrice. 

Jean-Louis Borloo donne à l'UDI une volonté écologiste pragmatique face aux démagogies de la gauche inefficace. 

Grace à Simone Veil, l’UDI tend vers une nouvelle idée de la démocratie dans laquelle le peuple est au cœur d’une Europe résolument fédérale. 

L'influence de Rama Yade amène l'UDI à faire de la politique autrement, encourageant un véritable renouvellement de la classe politique. 

Enfin, grâce à ses fondateurs et tous ses nombreux adhérents, l’UDI est aujourd’hui le seul véritable opposant aux extrêmes. 

Après avoir fait naître l’Ecole de la République, promu la laïcité et après avoir été aux avant postes des combats européens et féministes avec Simone Veil et l’UDF, l'UDI veut créer un modèle social efficace économiquement, solidaire et fraternel qui encourage l'autonomie et l'accompagnement au détriment de l'assistanat.

Parce que nous sommes profondément ancrés dans une laïcité qui combat le communautarisme et que nous promulguons l’intégration, nous ne pourrons jamais nous allier à la gauche.

L’UDI innove et grâce à cette nouvelle génération d'hommes et de femmes politiques ancrés dans le monde moderne, elle souhaite que les nouvelles technologies puissent connecter à la fois les citoyens entre eux mais également les rapprocher des institutions.

L'UDI de Colombes, animée par Samuel Metias depuis sa création, s'efforce de faire renaître une droite modérée et humaniste qui croit en la juste récompense de l'effort.

Utile, Déterminé et Innovant ? Vous êtes UDI ! 

ENTREPRENDRE & PARTAGER

Découvrez les intentions de la liste ColombesV2.014 concernant le thème Entreprendre & Partager à Colombes 

Entreprendre

Colombes a les atouts pour être une ville d’accueil pour les entreprises.

Colombes est une ville desservie par le tramway, par quatregares de train de banlieue et est à proximité de l’A86. Sa proximité de la Défense doit être valorisée et les terrains et bureaux disponibles doivent accueillir des entreprises.

La mixité de notre ville est également un atout fort, permettant ainsi de pourvoir des emplois indifféremment qualifiés.

Pourquoi ? Tout simplement car : 

• Colombes ne doit plus être une ville dortoir

• Les grandes entreprises sont une chance de survie des TPE / PME si nous savons les faire vivre ensemble

• Les entreprises sont des contributeurs importants dans la réduction de la pression fiscale

• Cette réduction de la pression fiscale permet d’aider à la création de toutes les entreprises (y compris les entreprises emploi solidaire et social EESS)

Notre projet veut redonner une place de choix aux entrepreneurs qui choisiront Colombes. Quel que soit la taille de l’entreprise, ils pourront bénéficier de supports dédiés : du club des entrepreneurs à un service dédié en mairie en passant par une pépinière. Ces structures permettront de s’entraider dans le développement commercial, d’être formé en continu sur les points de législation fiscale, ressources humaines, comptables…. Parce que l’entraide entre entrepreneurs permet aux petites d’éclore, et aux grandes entreprises de retrouver de la créativité et de l’innovation, ce partage est nécessaire.

Nous nous engageons à mettre tout en œuvre pour que les expériences associatives initiées par des membres de notre équipe dans la ville puissent servir à tous.

Comment nous y arriverons ?

Tous les moyens de communication sur notre offre et notre dynamique seront mis en œuvre pour que Colombes soit synonyme de rayonnement économique et son attractivité par son positionnement géographique sera mise en valeur. Tous nos réseaux relayeront cette volonté de travailler au développement économique de la ville.

Dans notre projet, les acteurs de la mairie ainsi que les structures dédiées au monde de l’économie et de l’emploi seront les moteurs pour aider à la création d’entreprises, permettre aux entreprises de réussir leur éclosion, et les accompagner dans leur épanouissement. Nous voulons permettre le lien et les échanges.

En pratique, une pépinière d’entreprises doit permettre au nouvel entrepreneur de rester concentré sur son projet, et doit le décharger des fonctions supports (administratif, ressources humaines, comptabilité..)

Le lien doit exister et permettre ainsi aux entreprises de consommer localement et d’embaucher Colombes.

Les commerçants sont les premiers bénéficiaires d’une ville qui offre de l’emploi. Nous devons favoriser la création de plusieurs pôles commerçants. La rue Saint Denis doit être vivante, mais n’attirant pas tous les Colombiens, elle ne doit pas être l’unique point d’attention.

Nous voulons donc animer la rue Saint Denis, mais également faire vivre le cœur des vallées, développer le commerce de proximité près de la gare de la Garenne Colombes, de la gare du Stade, du centre commercial des fossés-Jean ou des 4 Chemins.

Consommons Colombes, et faisons également de nos produits une vraie marque « Made in Colombes ».

Ainsi grâce à ce dynamisme enfin trouvé, cette ville pourra enfin partager sans que l’assistanat ne soit la règle de base.

Aider à l’insertion par l’emploi, par la formation se doit d’être la règle.

Sans richesse, nous ne partagerons que des dettes !

 

Partager

Colombes a du cœur ! Nous voulons que notre ville si diverse puisse être réunie !

Le social doit se faire en s’appuyant sur le monde associatif de notre ville.

Nous devons favoriser les grands projets des associations favorisant le retour à une vie sans aide mais assurant la solidarité sur ce chemin difficile.

Le partage est intimement lié au développement économique de la ville. Les quartiers nord sont des incubateurs d’innovation et de créativité pour peu qu’ils disposent des moyens adéquats pour les développer. Nos structures doivent être rationalisées sans discrimination entre nos quartiers.

Nous proposons de rassembler en un seul endroit physique tous les services permettant de développer l’emploi et l’entraide dans la ville. Un bâtiment dédié rassemblant le pôle emploi, les assistantes sociales, les représentants de la chambre de commerce et de l’industrie, la pépinière d’entreprise et les représentants des buisiness angels et/ou des banques et/ou d’autres potentiels investisseurs… Le tout avec une seule cantine et des lieux de partage pour que tous ces acteurs partagent pour mieux aider les colombiens. Le service emploi de la ville sera en charge de cette structure pour que tous travaillent ensemble au service des colombiens.

Dans le même esprit nous développerons les services d’entraide et de développement personnel. Nous nous efforcerons de développer les aides sociales mais en les inscrivant systématiquement dans un projet de développement personnel permettant à tous les demandeurs de sortir de la précarité ou de la difficulté dans laquelle ils sont : emploi, accident de la vie, entreprenariat, quel que soit votre ambition nous vous aiderons car nous sommes ambitieux pour Colombes !

L’aide sociale c’est l’emploi, la santé, le logement, le lien entre les générations… 

 

En savoir plus

Build Positive